Engagé et enragé, le Roller Derby a le vent en poupe

Publié le 9 mars 2016 à 15:58
Angèle Chatelier Par Angèle Chatelier
Journaliste

Dans un esprit subversif, proche des plus grandes périodes du punk rock, la discipline du Roller Derby s’impose aujourd’hui au niveau mondial. Focus.

©Actm photography

©Actm photography

« Le roller derby, c’est d’abord un sport » déclarait Inès Habhab, présidente et capitaine de l’équipe des « Paris Rollergirls » en 2011 au Monde. C’est aussi un art de vivre. Jonchées sur des patins à roulettes, des équipes principalement féminines s’affrontent autour d’une piste ovale. Le but ? Dépasser en un laps de temps donné les joueurs adverses sans se faire projeter au sol ou sortir de la piste.

©Cédric Hervaud

©Cédric Hervaud

Aucun ou très peu de documents existent sur les débuts du Roller Derby. L’histoire veut que dès 1880, la pratique du patin à roulette soit devenue incontournable aux États-Unis. Le Roller Derby en tant que tel a connu une expansion incroyable en 1930 sur le continent américain avant de rencontrer un vif succès dans les années 2000 en Europe.

L’association des Paris Rollergirls colonisa l’Hexagone dès 2010. Depuis, le pays compte environ 80 associations françaises actives.

Faire la révolution… en patins

Engagée et enragée, la discipline du Roller Derby incarne aussi un certain esprit subversif. Les joueuses prônent la transparence : accepter qui l’on est, sans conventions. Affirmer aussi la place des femmes dans la société, et sortir des disciplines qui leur sont trop souvent attribuées. Logique donc que OÜI FM s’associe aux équipes du Paris Rollergirls. À chaque match, les supporters peuvent entendre aussi bien Queen que les Arctic Monkeys.

Le look des « jammeuses » le prouve : mini-short, tatouages et une rage digne des plus grandes périodes du punk rock. Les joueuses vont jusqu’à s’incarner dans des pseudos. Enseignantes et chef d’entreprises se transforment le temps d’un match en Bloody Vuitton ou Psycho Billy Holliday. « Chez les Paris Rollergirls, j’ai trouvé une famille dans laquelle chacun a sa place, chacun est respecté et peut apporter sa pierre à l’édifice. L’important est d’être passionné et d’avoir envie de le partager » pour Anais Roland, dit Joséphine Bacon.

Aux États-Unis, certaines équipes ont par ailleurs été inspirées par le mouvement Do It Yourself, en réaction au conservatisme et au puritanisme de l’époque.

ouifm-rollerderby-championnat

Bliss, le film qui a propulsé la discipline sur le devant de la scène

La plupart des joueuses vous le diront : Bliss est une référence. Réalisé en 2009 par Drew Barrymore, cette comédie met en scène l’actrice Ellen Page qui troque ses concours de beauté pour le girl power du Roller Derby. Elle y découvre un domaine où chacun peut laisser libre court à sa personnalité.

La sortie du film permit à Paris Rollergirls de recruter une soixantaine de joueuses.

Paris Rollergirls : la ligue de Paris

Les 12 et 13 mars prochains aura lieu à Paris la dernière étape du championnat de France catégorie Élite qui sacrera l’une des 8 équipes en compétition. L’équipe des Paris Rollergirls y participera, contre sept autres équipes. Depuis 2010, Paris Rollergirl s’est imposé dans la capitale avec ses trois équipes : les All Stars, les Quedalles et les Sans Culottes.

ouifm-rollerderby-allstarsL’équipe All Stars a fait son premier match en avril 2011 contre Bordeaux. C’est l’une des premières équipes françaises à avoir rencontré des équipes étrangères à Paris ou en Europe. L’équipe évolue principalement au niveau européen. Une passion totale : « Ma vie est rythmée par le patin : Rink Hockey, Roller Derby et boulot à roller ! » plaisante Jeanne Kuroda, l’une des joueuses

 

 

ouifm-rollerderby-quedallesL’équipe « Les Quedalles » s’est crée en octobre 2011. Les Quedalles regroupent les filles ayant environ deux ans d’expérience dans la ligue. Elles évoluent principalement au niveau national. Amandine Merlhiot, leur capitaine, parle souvent d’un sport assez complet. À la fois physique, mental et stratégique.

 

 

ouifm-rollerderby-sansculottes

L’équipe des « Sans Culottes » s’est montée en mai 2013. Les joueuses ont ensuite progressé au niveau national. Julie Guillaume, l’une d’entre elles, décrit un « sport surprenant« , dans tous les sens du terme : »Il te challenge, te développe, te pousse à t’affirmer et à libérer la force de caractère que tu as en toi »

 

 

 

Les 12 et 13 mars, sept autres équipes concourront au prix de Championne de France : The Leopard Avengers (Roller Derby Caen), RDMC All Stars (Roller Derby Metz Club), The Rolling Candies (Amiens Roller Derby), Déferlantes (Roller Derby Rennes), Nothing Toulouse (Roller Derby Toulouse), Les Duchesses (Nantes Derby Girls) et Bad Bunnies (Lille Roller Girls).

Les rencontres auront lieu au gymnase de la Plaine, 13 rue du Général Guillaumat, 75015 Paris, métro Porte de Versailles ou Tramway T3a arrêt Georges Brassens. D’ailleurs, OÜI FM vous y invite.