Deportivo : rencontrez le groupe et découvrez leur nouvel album en avant-première !

Publié le 19 septembre 2013 à 14:30

Deportivo - DominoFan de Deportivo ? Découvrez leur nouvel album, Domino, en avant-première et en présence du groupe !

Jeudi 26 septembre, de 18h à 20h, venez découvrir le nouvel album de Deportivo en avant-première au Truskek à Paris en compagnie du groupe et d’une poignée de privilégiés !

Domino sortira le 14 octobre.

Après quasiment dix ans d’existence dans la lumière, trois albums sortis sous le prestigieux label Barclay et une centaine de milliers d’albums vendus, on n’avait peine à imaginer Deportivo, un jour, dépourvu de maison de disques et contraint d’autoproduire son nouvel album. Mais voilà, l’époque est à la débâcle, les maisons de disques perdent la tête et Deportivo continue, plus que jamais, de symboliser l’histoire du rock chanté en français de ces dix dernières années, ses déboires, ses jours de fêtes et son évolution musicale. Sorti de l’ombre en 2004 avec Parmi eux, sorte de manifeste punk salué par la critique pour sa fraicheur et sa fureur, le groupe sort en 2007 Deportivo, album rêche et habité évoquant pêle-mêle le sentiment d’imposture, la quête d’identité et l’errance qui l’accompagne. Dès lors, les trois musiciens ne cesseront de faire évoluer leur musique. En 2011, la sortie de Ivres et débutants révèle une nouvelle facette du groupe, devinée dans les albums précédents, avec des compositions plus pop empruntes d’élégance et de sophistication dans sa production et ses arrangements.

Cependant, l’heure est au « do it yourself », Jérôme, Richard, Julien l’ont bien compris et savent parfaitement que « le faire seul » implique invariablement d’être bien accompagné. Christophe Acker, camarade de toujours et réalisateur des clips du groupe, propose alors de prêter sa maison bretonne pour y chercher de nouvelles idées. Ce sera donc près de Quimper, en bord de mer que les chansons de Domino verront le jour. Le titre de l’album semblant insinuer que les dix morceaux qui composent le disque sont nés d’une succession d’évènements, le premier domino à chuter sera donc Barclay. Les garçons voient au travers de ce licenciement prématuré une occasion parfaite de renouer avec une liberté totale et une forme d’urgence dans la composition et l’écriture. L’avenir sera donc à nouveau incertain et la tentative, sans filet. Deux dominos chutent ensuite en parallèle, le groupe crée son propre label qu’il appelle Titanic Records, dont le nom évoque sans amertume et non sans humour les jours difficiles de l’industrie musicale.

Romain Turzi, compositeur ingénieux et vieil ami du groupe, offre au travers d’un orgue GEM, la possibilité aux garçons d’incorporer un son inédit à leurs compositions, une couleur voisine de celle de groupes des années soixante comme The Animals ou The Seeds. Deportivo nous fait voyager et les sons se teintent de l’énergie de ses débuts. L’idée de ne plus rien avoir à perdre, l’éventualité d’avoir à couler avec le navire façon Titanic mais en continuant à jouer jusqu’à la fin.

Le retour d’Arnaud Bascuñana derrière les manettes, ingénieur du son foutraque et terriblement efficace de Parmi eux, coïncide avec le retour des guitares plus en avant. Il concocte là un son se rapprochant de celui du premier album mais avec cette fois plus de velouté et une qualité d’arrangements recherchée et acquise par le groupe sur Ivres et débutants. La couleur générale du disque met en valeur un orchestre de trois musiciens désormais capable de maitrise.

En entendant là du rock d’ici joué avec tant de cœur, et en ces temps interminablement ternes, la musique de Deportivo est une cure de foi et devient à nos oreilles un naufrage joyeux plein de combativité et de poésie !

Pour gagner vos invitations pour l’écoute en avant-première du nouvel album de Deportivo le 26 septembre au Truskel (Paris) en présence du groupe, répondez à la question suivante : 

Désolé le concours est terminé