Capitale de la Normandie : Caen ou Rouen ? Faites votre choix en musique

Publié le 20 avril 2015 à 14:48
Angèle Chatelier Par Angèle Chatelier
Journaliste

Caen, capitale administrative, et Rouen, chef-lieu du conseil régional ? C’est en tout cas les bruits qui courent depuis la réunification de la Haute et de la Basse Normandie. Si chacun défend sa ville, la décision n’a, pour l’heure, pas été confirmée. Les chefs-lieux définitifs seront arrêtés en juillet 2016, en attendant, on vous aide à faire votre choix en musique.

Rouen, rock indé à l’honneur

L’effervescence culturelle de Rouen s’impose depuis longtemps, notamment grâce à la salle du 106, salle de musiques actuelles aux studios d’enregistrements et autres scènes.

On notera l’arrivée récente de No Tropics, qui dicte sa sensibilité à travers des sonorités rock, tout en restant romantique à la fois.

Gloria Kills nous envoûte avec la voix enchanteresse d’Aurélie. Elle apporte à l’électricité presque violente de la mélodie un semblant d’espoir.

Caen, empire culturel de la pop travaillée 

Caen, au-delà de son Mémorial, est connu en musique pour ses nombreux groupes locaux. On notera les Lanskies, Granville, Concrete Knives.. Tout ce florilège de musiciens à la mélancolie fignolée pourrait-il faire de Caen une capitale, du moins musicale, de la Normandie ?

Parmi eux, Novembres marque un tournant psychédélique dans la scène caennaise, à l’instar d’artistes comme Wolf Alice ou Sea Lion. Avec ses influences arabisantes, la pop française de Novembres a de l’avenir.

Entre Caen et Rouen, la frontière est minime. Et ce n’est pas Portier Dean qui dira le contraire. En mélangeant plusieurs natifs de ces deux villes, ils nous offrent un rock sensible et mélancolique. Sans brutalité, sans fougue ni frénésie, Portier Dean se pose et s’impose, avec poésie.

Si jamais vous n’arrivez pas à faire votre choix, vous pouvez toujours vous rabattre sur Le Havre ! On note les petits nouveaux, Aloha Orchestra, à découvrir.

Rock, pop, folk, mélancolie, ardeur, tout y est. Plutôt pas mal pour un entre-deux qui nous fournit une parfaite « réponse de normand » !