Bertrand Cantat s’apprête à attaquer « Le Point » en justice

Publié le 4 décembre 2017 à 18:32
Matthias Haghcheno Par Matthias Haghcheno
Rédacteur

Suite aux révélations faites par l’enquête divulguée jeudi 30 novembre 2017, l’ex-chanteur de Noir Désir réfute et contre-attaque.

La semaine passée, OÜI FM se faisait l’écho des informations révélées par le journal Le Point qui diffusait, jeudi 30 novembre, une enquête remettant en cause les témoignages de Krisztina Rády, dernière compagne en date de Bertrand Cantat, et des trois autres musiciens de Noir Désir, lors du procès de Vilnius qui se tint en 2004, suite à la mort brutale de Marie Trintignant. Le chanteur, coupable des nombreux coups qui ont donné la mort à la jeune femme, a réagi dès le vendredi 1er décembre par l’intermédiaire de son avocat.

« Diffamation ou injure« 

Bertrand Cantat s’apprête en effet à porter plainte contre le journal Le Point, en réaction directe aux révélations faites dans le cadre de l’enquête. C’est son avocat, Maître Antonin Lévy, qui a confirmé la décision via une dépêche de l’AFP.

D’après cette enquête, Krisztina Rády avait demandé aux trois autres membres de Noir Désir de taire le passé violent de Cantat, pour ne pas l’accabler lors du procès de Vilnius, et que ses enfants ne découvrent pas que « leur père était un homme violent. » Des propos appuyés par le supposé témoignage d’un ex-membre anonyme du groupe ainsi que d’un journaliste bordelais, aujourd’hui largement remis en cause par Denis Barthe et Jean-Paul Roy, respectivement ex-batteur et ex-bassiste de Noir Désir, qui ont exercé leur droit de réponse via une vidéo publiée sur Facebook, ainsi que Serge Teyssot-Gay (ex-guitariste) qui a, à son tour, réfuté être à l’origine des révélations de l’enquête. « Les propos prêtés à « un membre de Noir Désir » par Le Point sont donc faux » poursuit l’avocat au travers du même communiqué.

Etienne Gernelle, directeur du journal, a affirmé maintenir « l’intégralité de l’enquête, chaque mot, chaque lettre. »

-Via-