Snow Patrol

Imprévisibles et intuitifs, les Snow Patrol ont passé des années à tenter de percer sur la scène pop indé, avant le morceau qui les a fait connaître auprès du grand public, Chasing Cars.

C’est en Ecosse en 1994 que Gary Lightbody, leader et auteur compositeur, réunit autour de lui Mark McClelland à la basse et Jonny Quinn à la batterie, pour former les Polar Bear. Premier incident, le groupe doit changer de nom, déjà pris par le projet parallèle de Jane’s Addiction. C’est un ami qui les rebaptise Snow Patrol, et c’est donc sous ce nouveau nom que le groupe signe en 1995 sur le label écossais Jeepster (celui de Belle and Sebastian). Ils sortent leur premier album, clin d’œil à l’« ours polaire », en 1998 : Songs for Polarbears.

Les années 90 sont bel et bien synonyme de galère pour les trois gars de Snow Patrol : Gary en arrive même à vendre sa collection de disques pour pouvoir payer son loyer. Les Snow Patrol ont une solide base de fans en Irlande, mais elle peine à s’étendre : « Nous avons passé 10 ans à faire des disques que seulement 6000 personnes achetaient »,raconte Lightbody. « Pour nous, le succès ne se voit pas dans les charts, c’est quand tu arrives pour donner un concert et que tu découvres que la salle est pleine. »

Le groupe doit quitter Jeepster en 2001, après un deuxième album au titre évocateur, When It’s All Over We Still Have To Clear Up.

Finalement, c’est pour eux une occasion de rebondir, puisqu’ils signent en 2003 sur le label Fiction, où ils s’associent avec le producteur Garrett ‘Jacknife’ Lee. Une révélation ! Jacknife devient presque un membre du groupe à part entière, imprime sa patte aux Snow Patrol, lissant les aspérités indés des débuts pour doucement adopter une élégance pop.

C’est à la même époque que Nathan Connolly (guitare et chœurs) et Paul Wilson (basse et chœurs) rejoignent le groupe. Leur troisième album, Final Straw, sort en 2003, et le premier single, Run, se classera dans le top 5 anglais. Le disque remportera l’Ivor Novello du Meilleur Album en 2004 (récompense décernée depuis 1955 par l’académie britannique des auteurs et compositeurs de chansons).

En 2005, le groupe se retire au studio Grouse Lodge, isolé en pleine campagne irlandaise, pour achever Eyes Open, leur quatrième album. C’est celui-là qui propulsera véritablement Snow Patrol sur le devant de la scène et en tête des charts. L’inoubliable single Chasing Cars totalise pas moins de 100.000 passages radio au Royaume Uni, 2 millions de téléchargement aux Etats-Unis. L’album se vend à 4.7 millions d’exemplaires.

Mais pas question de se reposer sur leurs lauriers, Gary Lightbody et sa bande ne choisissent pas la facilité pour l’album suivant, et s’embarquent avec Jacknife pour une odyssée créative inattendue. Le groupe commence par se retirer au Grouse Lodge, cocon de verdure irlandais qui a vu naître Eyes Open, pour commencer le travail dans la plus grande tranquilités. Ensuite, les Snow Patrol partent pour Berlin, dans les mythique studios Hansa (labos du krautrock des années 70, qui ont aussi vu passer David Bowie, Lou Reed, Iggy Pop, U2…). C’est là, au cœur de la ville  que le groupe achève de concocter l’exaltant,  ambitieux et contrasté A Hundred Million of Suns (2008). « C’est de loin notre disque le plus abouti, estime Lightbody, A Hundred Million Suns ressemble au mariage de tout ce que nous avons appris dans les années passées avec Jeepster et dans celles avec Fiction, transformé en quelque chose de neuf et de plus audacieux. Notre côté revêche et indé ressort à nouveau au milieu de tous les aspects pop des deux derniers disques. […] Cet album est touché par toute notre histoire, et avec un peu de chance, il ressemble également à notre futur. »

Fin 2009, le single Just Say Yes annonce la sortie anglaise, irlandaise et américaine du best of de Snow Patrol, Up To Now, comprenant en tout trois titres inédits. Snow Patrol est toujours en tournée dans toute l’Europe jusque courant 2010.

Discographie

Actualités