Baptiste W. Hamon

baptiste w. hamonMélanger le blues et la country avec la chanson française, tel est le crédo de cet artiste qui chante l’insouciance.

En mars 2016, Baptiste W. Hamon a sorti son premier album intitulé l’insouciance, entre composition folk US et chanson réaliste française, comme une évidence pour ce passionné d’histoire et de cultures américaines autant que de belles lettres. « J’ai d’abord commencé à écrire des poèmes vers 17 ans, tout en écoutant des vieux disques de Townes Van Zandt et Leonard Cohen. A force d’émotions et de frissons procurés par leurs mots et leurs voix (avec quelques autres comme Bob Dylan, John Prine, ou Guy Clark), j’ai eu envie de m’y mettre aussi et d’essayer d’en faire autant avec mes mots à moi, dans ma langue à moi ».

Après avoir commencé par écrire des chansons en anglais sous le nom de Texas in Paris – il a ainsi approché la scène folk scandinave quand il finissait ses études en ingénierie à Trondheim en Norvège – il se met à son retour à écrire dans sa langue maternelle. « C’est après avoir beaucoup écouté Barbara, Serge Reggiani et George Moustaki que sont venues mes premières chansons en français ». Il enregistre alors ses premières maquettes avec le label parisien Midnight Special Records qui les sort en cassette. Baptiste W. Hamon cherche à raconter son Amérique à lui, faite de rencontres et de voyages, et d’innocence à retrouver. « Dans ce Mississippi, quelque part où Paris/N’est plus l’ombre de quiconque, pas au Mississippi ».

De ballades amères en ritournelles amoureuses (dont un duo avec Alma Forrer), jusqu’à une déclaration d’amour envers son mentor fantasmé texan Townes Van Zandt, Baptiste W. Hamon chante son attrait pour les choses simples de la vie et la poésie rigoureuse des grands chansonniers/songwriters qui l’ont formé. Invité en mars 2015 à participer au festival South By Southest à Austin au Texas, il en profite pour se rendre à Nashville chez le producteur Mark Nevers (Vic Chestnutt, Bonnie Prince Billy, Andrew Bird, Silver Jews, Lambchop) pour enregistrer ce premier album, sur lequel figurent des duos avec deux songwriters admirés : Will Oldham et Caitlin Rose. « Enregistrer à Nashville a été une expérience extraordinaire. J’ai été frappé par la facilité des contacts avec les musiciens, leur enthousiasme à jouer ou chanter sur mes morceaux, et leur plaisir de reconnaître les influences folk dans mes compositions. Ils ont l’Americana dans le sang là-bas, et la conscience aiguisée de l’importance des textes. »

Repéré par le Chantier des Francofolies, qui a notamment révélé Cali, Rover, Emilie Loizeau ou François And The Atlas Mountains, ce premier album (dont la pochette a été réalisée à Chablis par Frank Loriou) invite les auditeurs à se replonger dans les histoires passées, chacun selon son rythme, dans le calme et le savoir, la beauté et le sourire, et l’insouciance la plus pleine. Baptiste W. Hamon sera en concert à la Maroquinerie le 16 décembre pour une soirée spéciale avec des invités et il jouera partout en France a la rentré en septembre octobre novembre et décembre en autres en première partie de Miossec, de Dionysos.

Commentaires