Absynthe Minded

Absynthe Minded

Absynthe Minded est un groupe aux influences jazz-rock, composé de cinq jeunes hommes belges. Formé au début des années 2000, le groupe revient en octobre 2017 avec un cinquième album très attendu, après quatre ans d’absence.

Tout commence en 2001 quand Bert Ostyn (chant et guitare), nouvellement débarqué à Gant pour des études de techniques d’enregistrement, rencontre Jan Duthoy (orgue et piano), avec qui il monte un premier groupe.

Les deux garçons font la connaissance de Renaud Ghilbert (violon) et Sergej Van Bouwel, tous deux élèves de l’école de jazz de Gant. L’environnement sonore de ces quatre-là s’ouvre alors, les uns apportent leur background rock, les autres leur connaissance des grands du jazz (Django Reinhardt, Miles Davis…).

Et c’est tout naturellement de ce terreau fertile que naît Absynthe Minded, d’inspiration tantôt indie rock, tantôt jazz manouche.

Comme leur nom l’évoque peut-être, le groupe se forge d’abord une petite réputation dans les bars. L’Absynthe qu’ils proposent rappelle bien sûr des images de peintres et de poètes des années 30, de Paris à New York.

Rejoints par Jakob Nachtergaele à la batterie, les Absynthe Minded enregistrent leurs premières démos, forgent leur identité sonore, une marque de fabrique tissée d’influences hétéroclites et originales.

C’est le moment de passer aux choses sérieuses, avec la sortie d’un premier EP, History Makes Science Fiction, en 2003. Rapidement, deux albums suivent, Acquired Taste en 2004, puis New Day, en 2005. Prémonitoire, New Day est l’album qui marquera le début du phénomène Absynthe Minded en Belgique, avec le single My Heroics, Part One, qui sera élue meilleure chanson de la décennie par la radio flamande Studio Brussel.

300 concerts plus tard, notamment une tournée en première partie de dEUS, le groupe publie un troisième album en 2007, There Is Nothing.

Toujours intensément productif, c’est sur les routes que le groupe concocte son quatrième album éponyme. Comme toujours, Bert commence par l’écriture des textes avant de composer les musiques qui les soutiendront.

Les cinq Absynthe posent leurs instruments vintage au studio parisien Ferber, avec à leurs côtés Jean Lamont (Noir Désir, Alain Bashung, ou encore les Girls In Hawaii).

Sorti fin 2009 en Belgique, Absynthe Minded y remporte pas moins de quatre Music Industry Awards, l’équivalent belge des Victoires de la Musique, dont celui du Meilleur Album, Meilleur Single pour Envoi et Meilleur Groupe Rock Indie.

Leur dernier album est sorti en France le 7 juin 2010, et fut suivi d’une tournée hexagonale à partir de septembre.

En 2012, le quintet sort l’album As It Ever Was, juste avant de prendre une pause l’année d’après, à partir de laquelle on ne les reverra plus pendant près de quatre ans.

C’est à la rentrée 2017 qu’Absynthe Minded signe son grand retour avec l’album Jungle Eyes, qui sort le 6 octobre. « Harder, better, faster, stronger » comme le disent Bert et Sergej eux-mêmes, leur musique gagne pourtant en sagesse, écrin à des textes parmi les plus personnels de leur discographie. Masterisé aux États-Unis par Chris Athens (qui a récemment remporté un Grammy Awards pour son travail avec le rappeur canadien Drake), Jungle Eyes est malgré tout resté dans la famille belge, puisqu’enregistré sous le regard protecteur de Stéphane Misseghers, batteur de Soulwax puis de dEUS.

Discographie

Actualités

Absynthe Minded sur Twitter

Vidéos