Accusé d’être « le groupe officiel de l’alt-right », Depeche Mode répond

Publié le 24 février 2017 à 12:01
Matthias Haghcheno Par Matthias Haghcheno
Rédacteur

Depeche Mode n'a pas apprécié être appelé le "groupe officiel de l'alt-right" par Richard Spencer

Pas vraiment du goût de Dave Gahan et sa bande.

Interrogé dans le cadre de la Conservative Political Action Conference aux États-Unis, le suprémaciste Richard Spencer (connu pour s’être récemment pris une sacrée mandale en pleine interview devant les caméras) a désigné Depeche Mode comme étant « le groupe officiel de l’alt-right » – un terme créé par Spencer lui-même en 2010 désignant un courant politique très à droite, rejetant le conservatisme classique et libéré de tout complexe vis-à-vis des pensées racistes du nationalisme américain.

Largement interpelé sur Twitter suite à cette déclaration, la figure du suprémacisme blanc a dû corriger le tir en précisant qu’il s’agissait « bien évidemment d’une blague, » bien qu’il se dit lui-même « un très vieux fan du groupe. »

Une affaire suffisamment relayée (et potentiellement mal interprétée) pour qu’un représentant du groupe prenne publiquement la parole au nom de Dave Gahan, Martin Gore et Andrew Fletcher, via le magazine new yorkais Esquire :

« C’est tout-à-fait ridicule. Depeche Mode n’est affilié ni de près ni de loin à Richard Spencer ou à l’alt-right, et ne supporte en aucun cas le mouvement. »

Si aucun doute n’est permis quant à la sincérité du trio, force est de reconnaître que le timing peut, comme ici, jouer des tours plutôt malicieux : l’affaire tombe quelques jours seulement après l’annonce du très attendu prochain album du groupe, Spirit, dont le premier extrait Where’s the Revolution porte les stigmates d’une époque politique chamboulée, réaction directe du groupe aux résultats des élections présidentielles américaines.

-Via-